TUTORIEL Pigments nacres et paillettes en décoration de surface- partie 1 : Les Leurres souples

TUTORIEL Pigments nacres et paillettes en décoration de surface- partie 1 : Les Leurres souples

Dans ce tutoriel, je vais vous parler de la façon dont on peut décorer ses leurres souples en surface à l’aide de pigments nacrés et paillettes de la gamme Breizh Baits. Une technique basiquement détaillée depuis plus de 7 ans sur la boutique ,sous chaque fiche produit des différents types de pigments et nacres (rubrique « En Savoir plus »), aujourd’hui expliquée et illustrée plus en détails.Commençons donc par couler quelques leurres souples :

Leurre souple fraichement coulé et transparent,sans rien d’autre que du Plastibaits de base, ici en dureté Low Shore 22.
Si vos leurres ont été coulé avec une faible dureté Shore, l’idéal est de les laisser durcir au moins 24 heures, comme ici ; il sera d’autant plus facile de les manipuler ensuite.

Concernant la liste du matériel utilisé, elle n’est pas exhaustive bien entendu : de l’équipement de protection individuel (E.P.I), à savoir une paire de gants résistant à la chaleur , une paire de lunettes anti-choc type chantier, qui ne sont pas sur la photo (car sur mon nez à ce moment là), un support en bois (résistant à la chaleur) , une boite de petites aiguilles permettant de bien maintenir les leurres sans avoir besoin de les manipuler pendant les travaux, un petit marteau,une pince multi et coupante , une spatule ou autre objet résistant à la chaleur qui permet de faire office de cache (pour délimiter une zone du leurre que l’on colorier d’une zone que l’on veut laisser intacte), quelques pinceaux fins à poil souple dont 1 de type « blush », quelques pots de pigments nacrés et paillettes Breizh Baits et un décapeur thermique.

Panel du plan de travail et des outils nécessaires.

Etape 1 : Préparation

Commençons par tracer un trait médian au marqueur ou au crayon, le long de l’une des faces du support en bois:

Aiguilles pointées à l’aide du marteau et alignées en rang d’oignon sur le support en bois.
1 minute plus tard, en ayant pris le soin de couper chaque tête d’aiguille à l’aide de la pince coupante (Ne pas oublier de mettre ses lunettes de protection,tout comme on doit le faire lorsque l’on travail la corde à piano et tiges Inox). Cette opération va permettre de bien fixer les leurres souples sans les abimer.
On fixe les leurres souples sur leur support, en général 3 ou 4 aiguilles suffisent pour fixer le leurre le plus droit possible, sans le comprimer ni l’étirer.

On va pouvoir attaquer la phase de coloriage.On va se servir dans un premier temps uniquement du pinceau Blush , qui a des poils courts mais en même temps souples et serrés : parfait pour se charger en nacres , les retenir, puis les diffuser sur le leurre sans en mettre partout.Vous pouvez faire des essais avec d’autres types de pinceau mais plus ils seront gros et larges, plus vous serez rapide, mais plus vous mettrez du pigment nacré partout avec d’autant moins de précision dans vos coloriages.

Le pinceau Blush qui nous intéresse est celui de droite avec sa terminaison arrondie ; pour le nom des autres pinceaux de maquillage , merci de contacter directement Keith Richards des Rolling Stones et ainsi ne plus jamais aller à la pêche sans un petit trait noir sous les yeux 🙂

Etape 2 : Coloriage

On va donc démarrer avec un des verts lançon de la gamme, la Super Chrome Pearl # Magik Green, en se concentrant uniquement sur les flancs supérieurs du leurre, sans colorier le dos ,que nous ferons avec un autre vert :

Avant de l’ouvrir, on secoue toujours quelques secondes le pot de pigment nacré afin de le dé-tasser ( lorsque l’on teinte les leurres dans la masse, cela permet également de noter et conserver ses dosages en volume , à l’aide de cuillères doseuses, avec une précision optimale) . puis on plonge le pinceau dans le pot, on le ressort et tout en restant au dessus, on tapote un peu l’excédent du bout du doigt,afin de ne pas surcharger le pinceau . A refaire systématiquement a chaque recharge du pinceau :

On commence par un bout du leurre pour avancer jusqu’à l’autre extrémité, pour cette partie du leurre qui fait une dizaine de cm de long, seulement deux recharges du pinceau ont été nécessaires :

Le support en bois est tourné de coté afin de s’adapter à la face du leurre que l’on souhaite colorier, et être à l’aise dans le geste.
1er coté fini, on retourne le support pour attaquer l’autre flanc.
2ème coté fini, on va pouvoir attaquer le ventre du leurre.

On va faire un ventre colori naturel, donc blanc nacré fin : A l’inverse de la Super Chrome Pearl # Flash White et son grain plus flashy mais aussi plus gros, on va plutôt utiliser un autre grand classique , La nacre Super Chrome Pearl # Shine White, pour un effet blanc argenté satiné :

Arrivé à ce stade, on pourrait se dire : Attention de ne pas colorier le dos vert en débordant avec la nacre blanche du ventre. Mais non ,il n’y aucun danger, car la nacre n’adhère que sur le Plastibaits, pas sur la nacre verte déjà en place : on obtient ainsi une ligne de démarcation quasi parfaite entre les 2 couleurs :

Cerise sur ou plutôt sous le gâteau, la nacre Super Chrome Pearl # Magik Green agit un peu comme la série de nacre Dual Light Powder, et permet d’obtenir, sans rien faire, une couleur supplémentaire, par transition sous la lumière, ici un rouge violacée translucide :

A partir d’un leurre transparent, et de seulement 2 pigments, on se retrouve avec 4 teintes, dont une caudale translucide.Ce n’est pas fini, on va en rajouter très simplement 2 autres.

Souvenez qu’à ce stade, il nous reste encore le dos à colorier : on pourrait choisir tout un tas de couleurs, mais, pour obtenir un effet de dégradé avec les flancs hauts vert nacrés, tout en gardant la logique du dos plus sombre, on en vient logiquement à utiliser la Super Chrome Pearl # Dark Green, un autre vert nacré de la gamme Breizh Baits , tout aussi intense, mais plus sombre; la force du coté vert obscur si l’on peut dire 🙂 :

On laisse bien le support en bois incliné, et on colori par le coté, le dos du leurre :

Nous allons pousser encore un peu plus loin cette création de colori, en rajoutant un effet de petits points en Or très brillants dans le vert du dos. ça fonctionne également très bien dans le bleu comme nous le verrons un peu plus bas (dans le noir également), et en plus, c’est très pêchant.Pour se faire, nous allons utiliser la gamme Super Chrome Pearl série # Flash, qui n’est pas à proprement parlé un pigment (dans le sens ou elle ne teint pas le leurre), mais plutôt une nacre très brillante qui agit en surcouche ou en complément , comme de la micro paillette, mais avec encore plus de finesse de particule métallisée. Ici donc, la Super Chrome Pearl #Flash Gold (or) :

Dans l’eau qui a un indice de réfraction plus élevé , ces micro grains Or brilleront encore bien plus que dans l’air.

Nous allons maintenant passer aux 3 autres leurres qui sont plantés sur le support en bois , avec des pigments nacrés différents pour varier l’illustration. D’abord un bleu, ou plutôt deux bleus, que l’on va faire travailler en synergie de dégradé comme on a pu le faire avec les deux verts précédents. Sauf le ventre du leurre qui va rester pour l’instant translucide car il nous servira d’exemple pour illustrer la façon dont faire tenir des paillettes sur la surface du leurre.

Super Chrome Pearl #Blue Green, une nacre pigmentée unique en son genre, qui teinte le leurre en bleu turquoise mais avec des reflets verts irisés.

Les flancs hauts terminés, on passe à un dos bleu sardine, donc plus foncé :

Super Chrome Pearl # Magik Blue, un bleu foncé nacré qui fait penser aux références # Pro Blue de certains leurres commerciaux.
On se sert du cache en métal pour localiser la dispersion de nacre là ou l’on veut en mettre,ici le dos: on ressort la Super Chrome Pearl # Flash Gold pour soupoudrer de particules Or…éviter les courants d’air pendant cette phase, la série # Flash est particulièrement volatile.

Pour les 2 derniers leurres, plus petits, on va utiliser des teintes noir et gris argenté pour le dos, et doré fin pour les flancs en laissant les ventres transparents :

True Color Pigment # Black : Noir c’est noir , mais y’a toujours de l’espoir 🙂
Le TCP # Black est un pigment pur non nacré : il peut être un peu plus délicat à utiliser en application au pinceau,car il tache vite et on n’a pas le droit a l’erreur 🙂
Super Chrome Pearl # Shine Gold Inca : un concentré de lingots en poudre 🙂
résultat final pour ce troisième leurre.

Pour le quatrième et dernier leurre de notre support bois , on garde les mêmes flancs dorés, mais on passe sur un gris argenté pour le dos :

Super Chrome Pearl # Silver
un colori que l’on pourrait appeler # Ghost Silver Gold ? 🙂

Il nous reste à décorer avec de la paillette haute température, le ventre de notre deuxième leurre . Pour se faire on va bien délimiter la zone avec ici une spatule à enduire, mais tout autre objet résistant à la chaleur pourra convenir :

Cette fois ci, on va prendre un autre pinceau de notre set, à poils plus souple permettant de relâcher les paillettes de façon progressive , tout simplement en tapotant légèrement et de façon contrôlé le manche du pinceau avec l’index de la main :

Paillette H.T # Silver Hex 0.015 (0.38mm)
En fonction de la forme et de la taille de votre leurre, on pourra utiliser plutôt telle ou telle taille de paillette, ou même un mix de tailles, et pourquoi pas de couleurs.
Il suffit de tapoter avec le doigt sur l’ensemble, sans racler, pour finir d’acoller les paillettes proprement.

Nos quatre leurres souples ainsi coloriés , il va nous rester à sceller définitivement ces nacres , piments et paillettes à la surface de nos leurres. Pour sceller, il y a deux techniques : la 1ère, c’est la chauffe en surface à l’aide d’un décapeur thermique et la 2ème , c’est le « Dipping » , trempage en français. Nos quatre premiers leurres souples vont servir d’illustration pour la 1ère technique, et pour illustrer la 2ème technique, nous allons rapidement fabriquer 2 autres leurres souples, dont on ne s’attardera pas plus sur le coloriage, puisque même procédé , et dont voici quelques illustrations et pigments nacrés utilisés :

Shad de 15cm coulé en Plastibaits Medium Shore 29 transparent. Une forme de Shad avec une tête intégrée en plastisol et qui va permettre également de fixer des yeux holographiques.
Super Chrome Pearl # Shine White (ventre) ,Dual light Powder # Blue to Gold (flancs or),Super Chrome Pearl # Dark Green (flancs haut + dos).
Super Chrome Pearl # Silver (Ventre) # Shine Gwin Ru ( nez + ouies) # Shine Gold inca (tête)
# Blue Green (flancs) et # Magik Blue (flancs haut + dos).

Etape 3 : Scellement

Option 1 : Chauffe de surface

A l’aide du décapeur thermique, on vient tout simplement se placer a quelques centimètres du leurre , puissance maximale, l’appareil mets quelques secondes à développer sa chaleur optimale, puis on vient chauffer le leurre quelques secondes sur chaque face coloriée, sans trop insister au même endroit. Si le Plastibaits commence à devenir brillant et donc à se liquéfier, c’est que avez chauffé trop longtemps au même endroit, car il commence à fondre ! Attention donc à la pertes de détails que cela peut engendrer si votre leurre en comporte, même ce n’est pas dramatique.Une fois l’opération terminée, prenez le leurre par son extrémité (qui n’a pas été chauffée et qui est donc non collante) et jetez le quelques minutes dans un bac d’eau froide, car il s’est ramolli, tout comme lorsque l’on coule un nouveau leurre souple. Laissez les bien droit et à plat quelques jours, afin qu’ils ré-entament leur phase de durcissement : d’abord quelques heures sur un papier absorbant pour chasser l’eau, puis plusieurs jours sur une surface non absorbante ( feuilles aluminium, plaque en verre, métal), avant de les mettre dans vos boites et sachets, bien gavés d’attractants huileux.

Ce modèle de décapeur thermique, ici un vieux Black & Decker des années 2000,possède une buse amovible plate en extrémité ( que j’ai d’ailleurs encore aplatie un peu plus avec une pince) : très pratique pour concentrer la chaleur uniquement sur une surface longiligne restreinte.
Une fois le scellement terminé, votre leurre devrait ressembler visuellement en tous points à la fin de la phase de coloriage : Paillettes, pigments et nacres ont désormais complètement adheré au Plastibaits.

A noter que , à défaut de décapeur thermique, il doit être possible d’arriver aux mêmes résultats avec un petit briquet tempête,petit chalumeau , lampe à souder etc, tant que la chaleur n’est ni trop faible , ni trop importante au risque de commencer à faire fondre le leurre. Encore une fois, et d’autant plus si vous débutez , l’usage de gants , vêtements longs et lunettes, dans un local aéré est vivement conseillé.

A noter également, que même si vous ne fabriquez pas encore vos propres leurres, vous pourrez utiliser également ces techniques pour customiser vos leurres souples du commerce. Par contre , il faudra bien garder toujours à l’esprit que face à la multitude de leurres souples du marché sur l’ensemble de la planète, de variétés de plastisol industriels aux normes bien différentes selon les pays, au fait aussi que certains leurres souples ne sont tout simplement pas fabriqués en plastisol, il vous faudra faire des essais et ne pas insister si matières brulées, fumées et odeurs nauséabondes apparaissent.

Option 2 : « Dipping » ( trempage , glacis )

La deuxième option de scellement possible , très facile aussi à mettre en oeuvre, qui va permettre également de sceller des yeux holographiques sans utiliser de colle,en plus de créer une superbe couche de Plastibaits brillante et transparente, comme un glacis ou un vernis mais en plastisol, avec un effet rappelant le mucus de poissons.Une couche qui va amplifier encore plus la brillance des pigments, nacres et paillettes, mais avec quelques règles à suivre pour garantir sa réussite :

  • Dureté Shore : de manière générale, on va utiliser un Plastibaits avec dureté Shore faible : En effet, plus le Shore est faible, plus le Plastibaits sera fluide à une même température donnée, que nous conseillons de laisser à 180 ou 185°C pour la technique de trempage, et plus la couche sera fine, ce qui ne nuira pas à l’esthétisme du leurre, ni n’altèrera ses propriétés (nage, vibrations, etc).
  • Adapter la dureté Shore de cette couche de trempage à celle de votre leurre existant : c’est a dire ne jamais utiliser pour cette couche de trempage, un plastibaits plus dur que celle du leurre existant, alors que l’inverse n’est absolument pas gênant et ne bridera pas la nage de votre leurre.
  • Exemple avec nos 2 Shads de 15 cm fraichement coulés et coloriés : ils sont en Plastibaits Medium Shore 29 : On pourra faire la couche de trempage soit en Plastibaits Low Shore 22 , soit en Plastibaits Extra Low Shore ( Low shore 22 + 5 à 7 % de Softener-Assouplissant) pour encore plus de finesse de couche :
Lorsque l’on devient adepte de cette technique de « Dipping », garder un pyrex réservé uniquement a cet usage est une bonne idée.La gamme Plastibaits permettant de nombreuses réchauffes, vous pourrez effectuer de nombreux trempages avant d’avoir besoin de le remplir de nouveau.

Une fois le Plastibaits de trempage chauffé, à environ 180 ou 185°C , c’est à dire bien chaud et très liquide, on tient le leurre par son extrémité ,ici la caudale du Shad entre le pouce et l’index de la main, et on l’immerge d’une traite dans le pyrex, en s’arrêtant bien évidemment avant les doigts , l’usage d’un gant anti-chaleur étant recommandé pour les débutants. on compte environ 3 ou 4 secondes , et on ressort le leurre, on le laisse égoutter un peu au dessus du Pyrex, puis on le jette dans son bac d’eau froide habituel.On viendra couper la petite bavure en nez de leurre plus tard, à l’aide de ciseaux fins. Et c’est à peu près tout 😉

Epilogue

Ces techniques de coloriage sont intéressantes pour plusieurs points : ludiques , faciles à mettre en oeuvre et nécessitant peu d’outillage. Elles permettent d’obtenir des résultats très sympa, sans avoir à utiliser aérographes & compresseurs. Elles pourront servir à colorier intégralement un leurre souple, comme avec les exemples que nous avons utilisé plus haut, mais pourront également servir en techniques mix, c’est à dire en coloriage d’appoint ou complémentaires d’autres techniques habituelles que sont le coulage multicouches de couleurs teintées dans la masse, et celles de coloriage aux feutres.

Voila qui clôture cette première partie de Tutoriel sur le coloriage des leurres de pêche avec la gamme de pigments , nacres et paillettes Breizh Baits : Eh oui 1ère partie seulement, car nous n’avons pour l’instant parlé que des leurres souples 🙂

D’ici la suite, que nous vous laissons imaginer, rendez vous sur le Groupe Facebook Breizh Baits , où nous apprécions votre participation, ce qui nous motive d’autant plus à partager nos connaissances et vous aider à progresser :

https://www.facebook.com/groups/418968068141076/

Craftement votre,

Niko

https://breizhbaits.com/fr/