TUTORIEL MOULAGE-partie 2 : Moule à leurres souples double coque et injection.

TUTORIEL MOULAGE-partie 2 : Moule à leurres souples double coque et injection.

C’est reparti pour la série de tutoriaux concernant le moulage de leurres. Pour cette 2ème partie , je vais vous parler du moulage à 2 coques pour la fabrication de leurres souples. Vous l’avez compris dans le tutoriel partie 1, pour avoir un beau sujet moulé, il faut un joli plant de joint , propre , plan et lisse. Bien évidemment pour prendre l’empreinte d’un master en résine ou en bois, on suivra la technique de plan de joint à la Plastilisse ou Plastiline du Tutoriel partie 1. Alors ici on va faire l’inverse, partir d’un matériau souple, en l’occurence un leurre souple. Il serait difficile de venir faire un plan de joint à la Plastilisse sans déformer le leurre ; il y a bien évidemment la solution de faire tenir le leurre en supsension avec de petites aiguilles, mais ce n’est vraiment pas évident de maintenir le leurre bien droit, tant sur le plan vertical qu’horizontal , sans compter que venir ensuite couler du Silicone RTV , Plâtre synthétique ou encore Résine Aluminium conduirait inévitablement à l’accumulation de bulles d’air sous le leurre, celles ci ne pouvant s’échapper à la surface.

Alors nous allons faire l’inverse, couler un plan de joint liquide en Plâtre perdu. Il est également possible de le faire à la Plastilisse liquide, en la chauffant au bain marie à 70°C , cependant j’ai une préférence pour le Plâtre synthétique ,ici le Plâtre Alpha Syntoroc qui peut se travailler bien liquide et ne prend pas trop vite.

Pour commencer, il nous faut un leurre souple, et un réservoir de coulée également en Plastibaits car nous allons faire un moule à injection manuelle. Le leurre utilisé est un prototype de ma fabrication , appelé Subteel Shad depuis sa création il y plus de 2 ans. Le moule à injection créé pourra aussi s’utiliser en coulage manuel par gravité, car il n’y a aucun appendice très fin sur cette forme de leurre. Il suffira juste d’incliner le moule en biais lors de la coulée manuelle, et de monter le Plastibaits de quelques degrés en température pour l’avoir bien liquide (environ 170 °C alors que 160°C suffiront largement pour l’injection puisque l’on vient pousser le plastique avec un piston manuel, venant créér une légère pression, sans jamais forcer).

Le réservoir de coulée est tout ce qu’il y a de plus standard : un cylindre de 16 mm de diamètre , taille universelle sur l’ensemble des moules aluminium libre de droit que l’on peut trouver de part le monde, essentiellement aux Etats-unis pour l’instant il est vrai. Ceux qui possèdent déjà un moule de ce type ne seront donc pas dépaysés et pourront se fabriquer autant de réservoir de coulée qu’ils le souhaitent en coulant simplement un peu de plastique chaud dedans…de préférence un plastique rigide, comme ici le Plastibaits High Shore.

Le moule sera fabriqué avec un matériau inédit proposé aux crafteurs , et que j’utilise depuis plusieurs années :  une résine Aluminium composée minoritairement de résine Polyuréthane dite P.U  et majoritairement de charge Aluminium RZ 209/6 permettant à la résine de tenir la chaleur mais aussi de réduire encore le retrait (même s’il est déja très faible avec la résine P.U CAST BAITS ) , et d’augmenter encore la dureté du moule.Ces produits étant distribués par BREIZH BAITS depuis peu.

Cependant vous verrez en fin de tutoriel le même moule cette fois en Silicone RTV HTD , la méthode pour le réaliser étant exactement la même , seuls les matériaux different et j’expliquerai ces différences.

 

20140301_122503

 

La 1ère étape consiste donc à choisir un coffrage (bois, plastique, plastilisse, légos etc…) adapté au dimensions du futur moule, tant en longueur qu’en hauteur et en largeur. Ici de vieux morceaux de contre plaqués qui ont déjà servit pour plusieurs dizaines de moules. On veille à bien laisser un peu d’espace autour du leurre pour les futurs ergots de centrage, ainsi qu’ à gauche du réservoir de coulée ( 1 cm suffit ) pour des raisons de sécurité et garantir le bon maintien de l’injecteur lors des futures phases de coulage de leurres souples.

La Plastilisse , pâte à modeler professionnelle ne séchant jamais à l’air, va permettre de serrer le coffrage et le colmater pour éviter les fuites lors du remplissage.

20140301_124504

 

 

On pense à bien enduire le fond de moule et les parois internes du coffrage avec de la graisse de vaseline car les résines collent à peu prêt à tout (sauf au silicone RTV).

20140301_130551

 

Nous allons pouvoir à présent pouvoir couler notre plant de joint en plâtre perdu , une technique où l’on va volontairement surdoser le mélange en eau afin d’obtenir un mélange plus liquide; cela va permettre à ce dosage spécifique de prendre plus lentement, et ainsi d’avoir tout le temps nécessaire pour bien positionner son ou ses leurres et les réservoirs d’injection ou cônes de coulées. Ce dosage est d’1 volume d’eau dans  lequel on vient soupoudrer  environ 2 volumes de SYNTOROC. Il diffère donc du dosage de base conseillé fabricant que l’on retrouve sur l’emballage et la fiche produit ( 1 volume d’eau pour 3.5 volumes de Syntoroc) qui lui est destiné à la coulée de pièces diverses nécessitant un materiau au maximum de sa solidité.Notre plâtre perdu lui, servira uniquement pour la prise d’empreinte des leurres, et ne sera donc pas conservé après la fabrication du moule.

20140301_132303

 

Un bon indice de dosage réussi est la sagnation du plâtre en surface sous forme de petit monticule qui peine a s’imbiber d’eau…On laisse reposer environ 2 minutes et on mélange énergiquement l’ensemble pendant 30 secondes…puis on tapote le récipiant pour aider au débullage en faisant remonter les quelques bulles d’air:

20140301_132916

On remélange mais juste quelques secondes avec 3 ou 4 tours de poignets délicatement,  juste pour homogénéiser le mélange et on verse à suivre dans le coffrage.A ce stade, le Syntoroc est toujours très liquide et l’on dispose de quelques minutes pour y placer notre leurre souple et le réservoir de coulée.

20140301_133255

 

 

Comme on peut le voir , une fois déposé dans le plâtre, le leurre souple et le réservoir se positionnent quasiment tous seuls , bien droits, en flottant à moitié. La densité du Plastibaits étant a peu près la même que le Syntoroc liquide…. ( pour un leurre souple salé et donc coulant, il faudra attendre un petit peu que le Plâtre s’épaississe avant de le déposer dedans, quitte à appuyer un peu avec le doigt pour l’y enfoncer.)

Le réservoir de coulée n’a pas besoin de toucher le leurre, on viendra limer plus tard dans le moule la jonction…

20140301_133527

Il n’y a plus qu’attendre que le Syntoroc fasse sa prise, puis évacue son eau tout en séchant…plusieurs options s’offrent à nous : un séchage naturel à l’air ambiant si l’on n’est pas pressé, un séchage plus rapide sur un radiateur une nuit si l’on veut reprendre les travaux le lendemain, ou un séchage accéléré au four à 100 degrès maxi pendant 1 heure environ (dépendant de l’épaisseur du moule). le plâtre perdra un peu de sa solidité avec ce sechage accéléré , mais qu’importe dans notre cas, c’est juste pour faire un plan de joint lisse…

20140301_165220

 

Une fois le Syntoroc sec , on enlève délicatement le leurre souple et le réservoir de coulée, on les nettoie si un peu de plâtre est resté dessus mais de toute façon il ne colle pas au Plastibaits donc s’enlève en un clin d’oeil.

20140301_165354

Notre plan de joint est presque terminé, il est bien plan mais pas tout à fait lisse dues à la retractation du plâtre et l’évaporation de l’eau. on va donc prendre 2 ou 3 minutes pour le poncer avec un petit morceau de papier abrasif : un grain 200 suffit mais pour les finisseurs, un petit coup de grain 600 ne fera pas de mal non plus…:)

Puis on vient recoffrer autour , on enduit partout de graisse de vaseline à l’intérieur, y compris un petit coup sur le leurre et le réservoir de coulée pour les rendre bien brillants et lisse…Et on vient les replacer dans le Syntoroc, la graisse de vaseline fait un peu office de ventouse et maintient bien le leurre et le réservoir de coulée en place…Comme d’habitude un petit coup de seche cheveu ou décapeur thermique pour fluidifier et lisser la graisse de vaseline en surface…

20140302_110352

 

 

Nous voila donc avec un plan de joint bien lisse, qui épouse parfaitement les contours du leurre souple, lui même positionné bien droit…On va donc pouvoir couler le 1ère demi coque.Pour ceux qui ont l’habitude de fabriquer leurs leurres durs en résine P.U avec charge légère ou lourde, ce ne sera qu’une formalité. La charge Aluminium se mélangeant exactement de la meme maniere, seule la teinte change puisque notre résine P.U FAST BAITS va se colorer en gris. Pour les néophytes, voici la démarche à suivre , rien de bien sorcier :

Le dosage conseillé est de 150 % de charge Aluminium RZ 209/6 en poids de la résine..mais pour cet exemple, nous allons pousser ce dosage à 200%..nous aurons un moule contenant encore plus d’Aluminium et moins de résine..La charge Aluminium , comme toutes les charges , se mélange séparement dans chacun des 2 composants de la résine ( la Part A et la Part B) puis on réunit et mélange le tout au dernier moment, avant de couler.

La 1ère question à se poser, c’est de quelle quantité de mélange va -t-on avoir besoin pour cette 1ère demi coque ( cela sera la meme quantité pour la 2eme coque ensuite )

les dimensions du coffrage sont les suivantes :  14,5cm de long , 4,5cm de large, et on va mettre disons 1,5 cm d’epaisseur de demi coque, puisque la résine Alu est extremement dure , donc on n’a pas besoin d’une epaisseur aussi importante que pour un moule en silicone RTV.

on fait donc le petit calcul suivant :  14,5 x 4,5 x 1,5 = 97,8 cm 3  ( arrondi)      ça c’est le volume de notre 1ère demi coque sans le volume du demi leurre et du demi réservoir de coulée.

On multiplie simplement ce chiffre par 2  ( qui tient compte de la densité de la résine Alu auquel on aura soustrait le volume du demi leurre , et auquel on rajouterait un peu de marge de sécurité car il reste toujours un peu de résine au fond du récipiant)…. donc,   97,8 x 2 = 195,6 grs de résine Alu….arrondissons à 180 grs, cela sera amplement suffisant et nous permettra de faire le calcul de dosage de tête….

Nous allons donc préparer 180 grs de résine Aluminium….ce qui nous fait , dosé à 200% de charge en poids,  60 grs de résine pour 120 grs de charge aluminium.

Nous commencons donc par charger l’un des 2 composants , au hasard la part A (Résine)

Soit 30 grs de part A que l’on verse dans un récipiant, puis on vient soupoudrer 60 grs de charge aluminum RZ 209/6 , on mélange soigneusement le tout et on laisse reposer.

 

20140302_115603

20140302_115934

20140302_120557

 

On fait la même chose avec la part B (Durcisseur)….même quantité, même dosage :  Soit 30 grs de Part B qu’on vient soupoudrer de 60 grs de charge aluminium RZ 209/6..et on laisse reposer également quelques minutes.

20140302_120845

20140302_121033

20140302_121252

Nos  2 composants sont prêts et chargés , on va remettre un petit coup de pinceau et graisse de vaseline et petit coup de sèche cheveu / décapeur léger dans notre coffrage..le plastisol absorbe vite la graisse de vaseline, et depuis tout à lheure notre leurre est redevenu presque sec…

20140302_121551

 

On chauffe de la même maniere légèrement nos 2 composants de résine chargés ,afin de les fluidifier un peu ; ceci dit si vous avez déja une température ambiante de 25°C ou plus , c’est inutile, la résine sera déja assez fluide…en dessous de 18°C par contre, c’est conseillé..et ça élimine les petites bulles d’air au passage…

On réunit les deux composants chargés en transvasant l’un des récipiants dans l’autre . puis l’on dispose d’environ 1 minute pour les mélanger soigneusement et on verse dans le coffrage directement à suivre…toujours dans un coin du coffrage et à une hauteur de quelques dizaines de cm ,comme pour le RTV…si quelques bulles etaient encore présentes, elles eclateront dans le fin filet… la résine Alu même chargé à 200% est assez fluide pour recouvrir les pièces à mouler et s’égalise parfaitement en surface.

20140302_122125

20140302_122327

La résine P.U CAST BAITS ainsi chargée prend en moins de 15 minutes et provoque une légère exothermie , dégageant un peu de chaleur ,mais pas assez pour faire fondre la Plastilisse et encore moins le leurre souple…selon la température ambiante, on pourra démouler au bout de 30 minutes, cependant méfiance à la manipulation , même si la résine est déja dur et a completement refroidit, elle n’en reste pas moins encore fragile, marquable et tordable…personnellement , je préfère attendre 1 heure….

Une fois la 1ère demi coque démoulée, on pourra ébavurer les angles du moule avec un couteau non tranchant, une lime etc….et on pourra redonner un petit coup de papier à poncer rapide, sur la surface du plan de joint si necessaire…

C’est a ce moment la que l’on pourra creuser les ergots de centrage dans cette 1ere demi coque…avec par exemple un foret de 5mm….la résine Aluminium etant un materiau tres dur, quelques ergots suffiront et il n’y aura pas besoin d’en mettre autant que pour un moule en silicone RTV. Ici ils ont été forés à la main avec un foret mais sans la perceuse, car la résine coulée au bout d’1 heure se laisse percer qd meme facilement…

Sans attendre, et c’est la aussi l’avantage de la résine Alu, on peut attaquer la conception de la 2ème demi coque à suivre….memes operations de coffrage, graissage de surface partout  etc…on remplace le leurre et son réservoir de coulée, et l’on peut couler la 2eme demi coque exactement pareil que pour la 1ere, avec exactement les mêmes dosages…

20140302_161938

20140304_103505

20140304_111426

20140304_113406

 

Si l’on a bien enduit partout de graisse de vaseline ( on peut également utiliser des decoffrants spéciaux pour résine P.U mais ils sont en général bien plus cher qu’un pot de vaseline) , la séparation des 2 coques devrait se faire sans trop de problème…la petite astuce consiste à enfoncer le pouce ou le doigt dans le réservoir de coulée en Plastibaits, en général les deux demi coques se séparent d’elles meme…:)

 

Il ne reste plus qu’à creuser les events.. sur ce modèle de leurre souple, 3 events suffiront..le traditonnel event de bout de caudale mais également les 2 à l’avant en terminaison des petites pointes de plastique servant a etre collées sur la tête plombée….bref partout et uniquement la ou il y a une fin de forme et ou l’air pourrait resté bloqué…

La taille des events est importante et ne doit pas excéder qqs diziemes de mm de profondeur…1mm c’est déja trop et peu provoquer des appels d’airs lors du refroidissement du leurre, conduisant a de légères retractations du plastique autour de ces zones…un détail me direz vous , oui mais c’est pas plus compliqué de faire bien..et c’est plus joli au final….

L’avantage de la résine Alu, c’est qu’elle peut se limer très facilement et avec précision..ici une petite lime bas de gamme de 1mm de large a fait l’affaire pour creuser les events…opération qui prend 1 ou 2 minutes…

On en profite pour finir de creuser la jonction réservoir de coulée / leurre…la aussi avec une petite lime ou une dremel…cela prend également 1 ou 2 minutes…

20140304_125706

 

Le moule vue de dessus , au marqueur rouge j’ai entouré les 2 events visibles sur cette face la…comme je le disais plus haut , leur epaisseur font 3 ou 4  diziemes de mm tout au plus, bien assez pour laisser s’echapper l’air lors des futures injections de PLASTIBAITS.

20140304_125828

 

La buse d’un injecteur standard , s’il est bien conçu , a un diametre très légerement inférieur au diamètre du réservoir de coulée…

Le nouvel Injecteur Breizh Baits, le Breizh Injector est aussi conçu avec cette même norme, et comporte également des éléments sécurisants comme le double pin de sécurité, buse et bouchons moletés anti-glisse et entièrement démontables,bouchon de terminaison percé pour évacuation d’air, et surtout un corps d’injecteur (tube) quasiment deux fois plus épais qu’un injecteur standard, renforçant sa solidité mais permettant aussi de monter en température quasi-instantanément au 1er remplissage de l’injecteur, évitant les fastidieux bouchages de buse dus au plastique se refroidissant trop vite à cette section de l’injecteur, ainsi que les longues phases de préchauffages particulièrement l’hiver.

petit rappel : diamètre du réservoir de coulée du moule : 16 mm

NB : Si vous décidez d’acheter votre injecteur à leurre souple sur la boutique Breizh Baits, nous vous fournissons gratuitement à la demande quelques réservoirs d’injections en Plastibaits diamètre 16mm, qui vous permettront de fabriquer simplement et efficacement vos futurs moules à injection en Silicone RTV HTD rouge ou Résine-Aluminium. ( Il suffit de nous le préciser lors de votre commande.)

diamètre exterieur de la buse de l’injecteur : 15 mm  ce qui est parfait et sécurisant, évitant le trop de pression et laissant aussi s’échapper l’air à la surface, lors de l’injection de plastique.

20140304_130125

20140304_130144

Pour terminer, le même moule cette fois en SILICONE RTV HTD Rouge  :  Sa grande dureté de 60 SHORE lui permets d’etre utilisé efficacement pour les moules doubles coques et à injection , sans risque de déformation et d’ouverture du moule lors du coulage, ; n’oublions jamais que le plastique chaud a une température pouvant causer de sérieuses brûlures s’il venait en contact avec la peau ou les yeux.

20140304_130328

Moule en résine Aluminium , ou en silicone RTV HTD , une goutte d’huile végétale ou d’huile d’attractant entre chaque coulée de leurre permet de faciliter le démoulage tout en rendant la surface des leurres bien brillants et lisses.

 

20140304_130404

 

Petite cerise sur la gâteau pour terminer ce tutoriel 2eme partie , je vous présente ici la façon de réaliser un moule en semi-injection.

Au lieu d’avoir des demi coques avec le coté droit du leurre pour l’une et le coté gauche du leurre pour l’autre, on réalise les memes travaux mais en tournant notre leurre de 90° lors de la conception du plan de joint…

Le but étant d’avoir une demi coque avec le ventre du leurre dedans au moins jusqu’a sa moitié ( je préfere meme les 2/3…)  et l’autre demi coque avec le haut du dos comme empreinte.

Pourquoi semi-injection? et bien conçu ainsi, on va pouvoir couler 1 , 2 voir meme 3 couleur dans la 1ere demi coque par coulage manuel par gravité….on laisse refroidir quelques dizaines de secondes…Dès que le plastibaits n’est plus fluide mais encore chaud, on referme le moule , on le mets entre deux cales et serre jointant juste pour serrer, et l’on vient injecter le dos , le plastique venant se souder à ce que l’on vient de couler à la main…

20140304_130535

Après avoir parlé de moulage lors de ces 2 tutoriaux, nous parlerons de techniques de coulage manuel et d’ injection au cours des prochains tutoriaux. Avec je l’espère d’ici là, la sortie des injecteurs Aluminium Breizh Baits, projet qui vient de reprendre son cours après avoir été mis en suspsens quelques temps. D’ici la, bons crafts à toutes et tous et un excellent début de saison de pêche sportive.

Niko

—————————————————————–

Les produits utilisés pour la réalisation de ce tutoriel :

Prendre connaissances des fiches techniques et de sécurité avant une 1ère utilisation.

-Silicone RTV HTD

-Catalyseur rapide pour silicone RTV

-Résine P.U CAST BAITS

-Charge Aluminium RZ 209/6

-Plâtre de synthèse Syntoroc

-Pâte à modeler Pro Plastilisse

-Plastibaits High Shore

-Breizh Injecteur : Injecteur à leurres souples

——————————————————————

Un dernier conseil ,concernant les petits récipiants ou gobelets pour mélanger les résines P.U :  toujours faire un petit essai en versant quelques grammes de résine lors de la 1ere utilisation de ces gobelets, notemment les gobelets bon marché en plastique blanc..certains gobelets fondent et rendent les résines collantes, allant meme jusqu’a ne jamais faire prendre complètement les résines..préférer utiliser des fonds de bouteilles d’eau, jus de fruit etc…ou encore des pots en verre qu’il faudra nettoyer au degraissant pour une réutilisation…